Partagez avec :

Suivez-nous sur:

Compteur

Une initiative de la Caritas d’Abomey pour l’insertion professionnelle des jeunes garçons et filles

Les ateliers et centres d’apprentissage regorgent de plusieurs centaines de jeunes filles et garçons qui obtiennent leur libération après quelques années. Mais que deviennent-ils trois, six, douze mois et plus après l’obtention de leur diplôme ?

Les filles sont soit dans les rues et marchés en tant que vendeuses ambulantes, soit dans les maisons en tant que domestiques ou « bonnes ». Les garçons quant à eux se livrent au métier de « zémidjan ».

De leur propre aveu, le manque de financement pour acquérir les outils de travail afin de pratiquer le métier appris est à l’origine de cette déviance sociale qui augmente leur vulnérabilité à la pauvreté et à la misère.

C’est pour lutter contre cette situation que le diocèse d’Abomey a soumis au Fonds Social de Développement de l’Ambassade de France, un projet intitulé : « Projet d’Insertion Socio Professionnelle et Economique (InSoPE) de la jeune fille et du jeune garçon en fin d’apprentissage de métier dans le Zou ».

Ce projet a pour objectif de renforcer les capacités économiques des jeunes filles et garçons vulnérables en fin de formation professionnelle en les insérant dans la vie active. Plus spécifiquement, il s’agit d’accélérer l’autonomisation des jeunes filles et des jeunes garçons en fin de formation professionnelle par le renforcement de leurs capacités à travers les volets suivants :

 

  • La facilitation de l’accès aux moyens de production,

 

  • La culture de l’esprit d’initiative et d’association,

 

  • La promotion de l’éducation financière et l’accès aux services financiers,

 

  • Le renforcement de la solidarité et la protection sociale pour un accès facile aux soins de santé,

 

  • La mise à disposition des jeunes, l’opportunité d’exercer dans un centre d’incubation.

 

Ledit projet a été officiellement lancé le 30 juillet au foyer Sainte Monique d’Abomey, par l’Ambassadrice de la République Française au Bénin, Madame Aline KUSTER-MANAGER et l’évêque d’Abomey, Mgr Eugène Cyrille HOUNDEKON. Les Pères Philippes SANHOUEKOUA et Désiré ATTINKOUKOU respectivement Secrétaire Général de Caritas Bénin et Coordonnateur de la Caritas diocésaine d’Abomey étaient aussi de la partie.

La cérémonie a commencé par la visite des centres d’incubation de Bohicon. La délégation de madame l’Ambassadrice de France, les responsables à divers niveau de Caritas, les autorités politico-administratives d’Abomey, le Maire de Bohicon, des représentants d’autres organisations de la société civile, pour ne citer que ceux là, ont tour à tour parcouru le centre Ibaretta, le garage St Joseph et la menuiserie Bon Pasteur. A chacune de ces étapes, ils ont échangé avec les jeunes filles et garçons, bénéficiaires du projet, ainsi que les responsables d’atelier.

A l’entrée d’Abomey, les délégations ont été reçues par Mgr HOUNDEKON à la chancellerie du diocèse. L’Evêque et l’Ambassadrice ont échangé quelques mots avant de se retrouver au foyer Sainte Monique. Plusieurs allocutions, des sketchs et danses ont ponctués la cérémonie officielle de lancement. Aussi bien l’Evêque; le Coordonnateur diocésain de Caritas, le Père Désiré ATINKOUKOU ; le représentant du Préfet, le Directeur départemental de l’artisanat que la représentante des bénéficiaires ont remercié l’Ambassade de France pour ce soutien important à la réinsertion dans la vie active des jeunes filles et garçons en fin d’apprentissage.

Madame Aline KUSTER-MANAGER, Ambassadrice de France au Bénin a fait souligner entre autres que c’est l’originalité du projet et la force du réseau Caritas qui ont retenue l’attention des membres du jury.

Elle a affirmé que le projet InsoPE est un projet pilote. A l’évaluation finale, si les résultats sont encourageants, l’initiative pourrait être dupliquée dans d’autres régions du pays.

Espérant que le partenariat Ambassade de France – Caritas produise beaucoup de fruits, l’Evêque et l’Ambassadrice ont procédé à la coupure du ruban au grand bonheur des jeunes filles et garçons en fin d’apprentissage.

A la fin de la cérémonie, Mgr HOUNDEKON a offert un déjeuner aux délégations officielles à l’Evêché, puis, dans un cadre restreint, le Père Philippe SANHOUEKOUA, l’Evêque, et l’Ambassadrice ont eu des entretiens portant sur des questions d’intérêts communs. Une visite de l’ambassadrice au secrétariat national de Caritas Bénin sera organisée dans les semaines à venir.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS

Echos des diocèses

Dans le but de renforcer les faibles moyens de production et de gestion des femmes du groupement « Sourou Tawi » (en langue lokpa : la patience paie) du village de Téoukpara dans l’arr...

Vue d'ensemble regroupant les acteurs Caritas les élus locaux et représentant des sinistrés

Dans la journée du vendredi 03 Mars 2017 le village de Sah-Condji situé à 2,5 km de la paroisse Ste Thérèse de l’enfant Jésus de Djanglamey (commune de Grand-Popo) a connu un incendie provoqué par des...

Le mardi 24 janvier 2017 au Centre Paul VI, le Scdih - Caritas Cotonou a organisé une mini foire pour promouvoir, valoriser et commercialiser les produits des femmes rurales. Les femmes de Vingt (20)...

A travers les Caritas diocésaines, chargées de la coordination de la pastorale sociale, les diocèses du Bénin travaillent pour  le développement intégral de tout homme et de tout l'homme. Dans ce...

Vingt neuf (29) femmes et cinq (5) hommes, promoteurs de micro entreprises et Activités Génératrices de Revenus (Agr) ont été formés pendant cinq (5) jours ouvrables sur la gestion des entreprises. C...

Ils sont trois cent quatre (304) participants venus de vingt-cinq (25) paroisses du diocèse de Lokossa, rassemblés dans l’enceinte du collège catholique de Comé. Le Jeudi 21 juillet, ces jeunes tous m...

More Articles

More From: Caritas BDBD / Parakou Caritas Lokossa SCDIH : Caritas Cotonou Caritas Développement Natitingou Caritas Kandi