De Firihoun dans la commune de Matéri jusqu’à Kérou dans les 2KP en passant par Tabuota dans la commune de Boukombé, l’eau jaillit désormais comme d’un rocher, claire et limpide pour le bien des populations bénéficiaires. En effet depuis le 08 octobre 2017, la Caritas Diocésaine de Développement (CDD) de Natitingou a fait une série d’inauguration de 10 forages équipés de pompes solaires gracieusement offerts par l’association MISEREOR (Caritas Allemande). Ces 10 réalisations représentent le premier volet d’un projet de 20 forages pour venir en aide aux écoles et aux villages qui souffrent cruellement de carence en eau potable. Pour cette première phase cinq villages ont donc bénéficié de cette pompe solaire. Il s’agit de Berecingou dans la comune de Natitingou, Firihoun et Tchanhoukossi dans la commune de Matéri, Tabuota dana la commune de Boukombé et Boribansifa dana la commune de Toucountouna. Cinq forages ont été réalisés également dans des écoles : les collèges Holy Family et Saint Augustin dans la ville de Natitingou, les écoles primaires catholiques de Kérou, Péhonco et Kouaba.

Mirsereor n’est pas à son coup d’essai dans cette grande œuvre de solidarité sociale à l’endroit du diocèse de Natitingou. C’est depuis plus de 50 ans que la Caritas Diocésaine et Développement (CDD) du diocèse de Natitingou, initie avec ses Equipes Paroissiales de Caritas (EPC) et ses partenaires financiers et techniques, des projets de développement. Mais le caractère limité de l’eau douce et potable disponible dans le diocèse de Natitingou est une vérité incontestable et est sans doute aussi source de maladie, de tension sociale et de pauvreté. En février 2015, profondément touché par cette situation de précarité, MISEREOR, en partenariat avec la CDD, avait déjà financé 20 puits au bénéfice de plusieurs villages. Les résultats positifs ne se sont pas fait attendre. D’après de nombreux témoignages, la vie quotidienne des populations bénéficiaires a connu un saut de qualité. Tous reconnaissent en effet que l’eau est très précieuse, une bonne chose qu’on donne à celui qu’on aime. Un vieillard affirmait : « Je n’avais jamais pensé, un seul instant dans ma vie, que de mon vivant, je verrai une telle eau, bien pure jusqu’à boire de cette eau ». C’était un besoin à satisfaire à tout prix.

Pour le grand projet d’approvisionnement en eau potable 2016-2018 qui prévoit 20 réalisations, MISEREOR a voulu aller plus loin. Il ne s’agit plus de creuser des puits communément appeler « à grand diamètre », mais des forages hermétiquement fermés pouvant aller jusqu’à 70 mètres de profondeur. L’avantage est de garantir beaucoup plus d’hygiène en évitant la pollution de l’eau par des corps et objets externes. L’eau est pompée par un matériel électrique alimenté par Cinq forages ont été réalisés égalment dans des écoles des panneaux solaires. La pompe fait monter l’eau dans un château d’eau de 5000 litres pour ensuite jaillir du robinet disposé à cet effet. Il n’y a plus de motricité humaine exigée et donc plus de fatigue pour pomper et extraire l’eau. La Caritas Diocésaine de Développement se porte garante, avec les comités de gestion mis sur pied au niveau de chaque forage, pour un entretien rigoureux de ces joyaux.

Les cérémonies de réception et d’inauguration de ces forages ont été marqué par la grande reconnaissance des bénéficiaires. Partout les populations ont accueilli avec grande liesse ce grand cadeau et manifesté leur reconnaissance au grand partenaire de développement qu’est MISEREOR à travers les rythme et chants locaux. Les écoliers ont même composé de beaux chants et des poésies pour remercier MISEREOR, la Caritas et tous les acteurs de développement. L’évêque du diocèse de Natitingou, Mgr Antoine SABI BIO qui a inauguré plusieurs de ces forages n’a pas manqué de souligné la préciosité de ces fontaines solaires et a remercié du fond du cœur MISEREOR et tous ses partenaires pour leur sens de solidarité et pour leur générosité. Le directeur de la CDD, le Père Abraham GHANABA, tout en accueillant les nombreuses marques de gratitudes des populations, les a exhortés à bien prendre soin de ces points d’eau afin qu’ils soient de véritables oasis pour le développement et la promotion sociale. En attendant la réalisation du second volet de ce projet qui comprend 10 autres forages, d’autres besoins se font sentir et déjà beaucoup de localités font chaque jour des demandes pour bénéficier elles aussi d’un si grand don.

 red-DSC01805  red-DSC01824
 red-IMG 2956  red-IMG 2961
red-IMG 2632 red-DSC01847

caritas-acut6

Vous trouvez dans ce numéro de Juin 2013 :

Page 1

Editorial : « ...C’est à moi que vous l’avez fait.»

Une vérité de La Palice!

Page 2 Caritas Christi urget nos

( La charité du Christ nous saisit fortement)

Pour renforcer nos capacités

Page 3

Opération : « Je fais un geste de charité comme me le demande Jésus »

Regard sur l’enfance missionnaire

Festivités des vingt (20) ans de réouverture

des écoles catholiques de Natitingou

Page 4

 ...

Le samedi 08 Juillet 2017, le centre de santé Bodarima ‘’Divine Miséricorde’’ de l’arrondissement de Kotopounga dans la commune de Natitingou, a écrit une autre belle page de son histoire : une ambulance a été offerte gracieusement à ce centre de santé. Ce centre de santé avait soumis à la Caritas Diocésaine et Développement un projet d’acquisition d’un véhicule à quatre roues.

 

Aujourd’hui notre planète est gravement menacée. Les changements climatiques sont une préoccupation permanente et pertinente. Ils sont simplement dus aux activités de l’homme qui progressivement détruit l’environnement sans aucun souci de réparation.
La Caritas Diocésaine et Développement de Natitingou à travers son département du développement rural se penche sur la question de la déforestation, des feux de végétation qui ne font que faire avancer le désert et réchauffer notre environnement.

A travers les Caritas diocésaines, chargées de la coordination de la pastorale sociale, les diocèses du Bénin travaillent pour  le développement intégral de tout homme et de tout l'homme. Dans ce cadre, la Caritas Diocésaine et Développement de Natitingou (CDD) a initié depuis 2006, avec  Catholic Relief Services (CRS) le projet SILC-AMAZONE.

Cette initiative s'est donnée pour ambition de contribuer de façon pertinente à l'autonomisation des femmes en les organisant en groupements appelés Communautés d'Epargne et de Crédits Internes (CECI). Depuis lors, la femme rurale a accru son épargne avec un accès plus facile au crédit. Après 10 ans, au regard des bienfaits du projet, les membres de ces CECI des paroisses de Cobly et de Boukoumbè se sont mobilisées pour rendre grâce à Dieu.

Sur les deux   Paroisses, les manifestations ont commencé par une caravane à travers la ville suivi de la célébration eucharistique présidée  à  Cobly par l'Abbe Camille SEKE, Directeur Adjoint de la CDD et à Boukoumbe par l'Abbe Abraham GHANABA, Directeur. Dans leur prédication, les deux pasteurs ont remercié le Seigneur pour ce que cette initiative apporte aux familles. Ils ont réitéré le désir de l’Église de voir chacun épanoui et heureux. Ils ont exhorté les membres à travailler pour le bien de chacun afin que ces groupements continuent d'exister et d'aider chacun à survenir à ses besoins.

A la fin de la célébration, les curés des deux paroisses ont salué les membres de la Catitas diocésaine et ceux des groupements pour ce projet qui les honore. Ils ont réitéré leur disponibilité à accompagner les initiatives de développement. 

Après les célébrations eucharistiques, les membres des CECI ont eu droit a une communication sur le thème : « La santé au cœur des priorités de l'Eglise Catholique ». Dans leur Développement, les conférenciers sont revenus sur le projet de MICRO ASSURANCE SANTÉ, à travers lequel, la CDD donne la possibilité aux membres des groupements, d’avoir un accès facile et à moindre coût, en cas de maladie. Ils ont fait remarquer le nombre infrastructures sanitaires de notre Église dans le département de l'Atacora puis ils ont exhorté chacun à adhérer à la Micro Assurance Santé, afin d'éviter les dépenses colossales en cas de maladie. 

 Pour la paroisse de Boukoumbe, un scketch à été présente qui montre les bienfaits de la Micro Assurance Santé. 

Enfin, les participants en pris ensemble une agape fraternelle qui a marqué la fin des manifestations.

Vivement que ces CECI deviennent des creusets de solidarité et de partage pour la joie des femmes et des familles rurales.

JEAN PIERRE BAGRI

SUPERVISEUR MAS-NATITINGOU

La protection de l’environnement préoccupe à plus d’un titre le diocèse de Natitingou. Dans le souci de proposer une méthode qui tienne compte des normes à observer pour éviter la dégradation de nos milieux de vie, la Caritas Diocésaine et Développement (CDD) de Natitingou a mis en œuvre un projet intitulé « Projet CBE » (Cuiseurs à Bois Economiques). Ce projet comme son nom l’indique a pour objectif de proposer un foyer qui utilise le moins de bois possible. Cela permettra de réduire la déforestation.

La Caritas Diocésaine de Natitingou à l’avant-garde de la Micro Assurance Santé

La Caritas Diocésaine et Développement (CDD) de Natitingou dans son souci de promouvoir tout homme et tout l’Homme, a initié depuis 2011 avec ses partenaires (C R S et N S I A), un projet de Micro Assurance Santé (MAS), pour les communautés rurales des arrondissements de Kotopounga et de Chabicouma.

Ce projet vise à soulager nos communautés vulnérables, dans la prévention des maladies et dans les soins à moindre coût après avoir souscrit à l’assurance.

Préoccupés par la prévention des maladies au niveau des communautés les plus vulnérables de nos sociétés, la CDD-Natitingou, CRS-Bénin et NSIA ont mis en place un projet dans les arrondissements de Chabicouma et Kotopounga dénommé « Micro Assurance Santé ». Cette expérience fait école. En effet, du 03 au 05 Avril, M. Jérôme DADJO administrateur des projets CRS-Bénin-TOGO, et M.  Santony MARCUSIUS, responsable du projet des CECI (Communautés d’Epargne et de Crédit Interne) à CRS-HAITI, étaient dans notre diocèse à Natitingou. M. Santony M. voulait s’enquérir de l’expérience de notre structure sur la gestion des CECI et sur la mise en œuvre du projet d’assurance santé communautaire.