Le développement durable n’est possible qu’à travers une parfaite intégration de toutes ses ressources humaines dans la vie socio-économique de l’Archidiocèse de Parakou. Autrement dit, c’est un développement qui doit prendre en compte toutes ses composantes. La faible implication des femmes dans les instances de prises de décisions explique la cause de leur dépendance économique vis-à-vis de leurs époux.

La promotion de la femme rurale constitue l’un des axes prioritaires de développement promu par la Caritas-BDBD. En effet, pour contribuer à l’autonomisation financière de la femme rurale et à l’épanouissement des jeunes filles en milieu rural dans l’Archidiocèse de Parakou, la Caritas-BDBD a conduit un projet dénommé « Promotion Féminine », avec l’appui du Secours Catholique et d’autres partenaires.

Au cours des trois dernières années, ce projet a contribué au renforcement des capacités financières et organisationnelles des femmes rurales au sein des Communautés d’Epargne et de Crédit Internes (CECI) à travers des séances de formation et d’alphabétisation, des visites d’échanges, des appuis matériels et de l’appui-conseil.

Le renforcement de leurs capacités a permis à ces femmes rurales non seulement d’accroître leurs activités génératrices de revenus, mais aussi et surtout d’améliorer la gestion de leurs revenus. Ces activités sont entre autres le maraîchage, l’élevage, la transformation agro-alimentaire, le stockage et la vente des produits agricoles locaux. Ainsi, 1500femmes environ regroupées au sein de 75 groupements de villages de l’Archidiocèse de Parakou ont été sensibilisées sur l’importance de ces activités.

Malgré les difficultés de gestion inhérentes à toute organisation, ces différentes activités ont été exécutées avec succès dans les villages, sur les fonds propres cotisés par les membres de ces groupements. Cela a fortement redynamisé la vie socio-économique de ces femmes dans les villages et leur a permis de s’assurer des revenus non négligeables susceptibles de réduire de manière significative leur dépendance à l’égard de leurs époux.

L’épanouissement des jeunes filles des villages en situation difficile a été également favorisé par leur prise en charge et leur inscription dans les centres de formation féminine et d’apprentissage dans la couture, la coiffure, la pâtisserie et la layette.

Ainsi, 80 jeunes filles ont été inscrites, durant la période du projet, dans des centres de formation féminine. De ces 80 jeunes filles, 30 jeunes filles ont achevé leur cursus de formation et ont eu le privilège de recevoir leurs attestations de fin de formation. De ces 30 jeunes filles, 05 meilleures et 06 démunies ont été appuyées en matériels pour s’installer dans la vie active.

En somme, la Caritas-BDBD entreprend des actions de développement en vue de réduire la pauvreté de la femme rurale dans l’Archidiocèse de Parakou afin d’assurer son plein épanouissement et son autonomie dans la société.