Le mardi 24 janvier 2017 au Centre Paul VI, le Scdih - Caritas Cotonou a organisé une mini foire pour promouvoir, valoriser et commercialiser les produits des femmes rurales.

Les femmes de Vingt (20) groupements de la zone Tori Ouidah Kpomanssè ont expose des produits tels que huile rouge, aklui, amuse gueule, gari, tapioka ananas, fromage de soja.

Cette activité entre dans le cadre de la mission du Scdih Caritas Cotonou, et spécifiquement celle de son son programme « Animation rurale ». Il s’agit de rendre autonomes les femmes rurales par la production, la transformation, la conservation et la commercialisation des produits agricoles.

Le mardi 07 février 2017, ce sera le tour des groupements de la zone Allada Toffo Zè d’exposer leurs produits, toujours au Centre Paul VI.

 

Le développement durable n’est possible qu’à travers une parfaite intégration de toutes ses ressources humaines dans la vie socio-économique de l’Archidiocèse de Parakou. Autrement dit, c’est un développement qui doit prendre en compte toutes ses composantes. La faible implication des femmes dans les instances de prises de décisions explique la cause de leur dépendance économique vis-à-vis de leurs époux.

La promotion de la femme rurale constitue l’un des axes prioritaires de développement promu par la Caritas-BDBD. En effet, pour contribuer à l’autonomisation financière de la femme rurale et à l’épanouissement des jeunes filles en milieu rural dans l’Archidiocèse de Parakou, la Caritas-BDBD a conduit un projet dénommé « Promotion Féminine », avec l’appui du Secours Catholique et d’autres partenaires.

Au cours des trois dernières années, ce projet a contribué au renforcement des capacités financières et organisationnelles des femmes rurales au sein des Communautés d’Epargne et de Crédit Internes (CECI) à travers des séances de formation et d’alphabétisation, des visites d’échanges, des appuis matériels et de l’appui-conseil.

Le renforcement de leurs capacités a permis à ces femmes rurales non seulement d’accroître leurs activités génératrices de revenus, mais aussi et surtout d’améliorer la gestion de leurs revenus. Ces activités sont entre autres le maraîchage, l’élevage, la transformation agro-alimentaire, le stockage et la vente des produits agricoles locaux. Ainsi, 1500femmes environ regroupées au sein de 75 groupements de villages de l’Archidiocèse de Parakou ont été sensibilisées sur l’importance de ces activités.

Malgré les difficultés de gestion inhérentes à toute organisation, ces différentes activités ont été exécutées avec succès dans les villages, sur les fonds propres cotisés par les membres de ces groupements. Cela a fortement redynamisé la vie socio-économique de ces femmes dans les villages et leur a permis de s’assurer des revenus non négligeables susceptibles de réduire de manière significative leur dépendance à l’égard de leurs époux.

L’épanouissement des jeunes filles des villages en situation difficile a été également favorisé par leur prise en charge et leur inscription dans les centres de formation féminine et d’apprentissage dans la couture, la coiffure, la pâtisserie et la layette.

Ainsi, 80 jeunes filles ont été inscrites, durant la période du projet, dans des centres de formation féminine. De ces 80 jeunes filles, 30 jeunes filles ont achevé leur cursus de formation et ont eu le privilège de recevoir leurs attestations de fin de formation. De ces 30 jeunes filles, 05 meilleures et 06 démunies ont été appuyées en matériels pour s’installer dans la vie active.

En somme, la Caritas-BDBD entreprend des actions de développement en vue de réduire la pauvreté de la femme rurale dans l’Archidiocèse de Parakou afin d’assurer son plein épanouissement et son autonomie dans la société.

A travers les Caritas diocésaines, chargées de la coordination de la pastorale sociale, les diocèses du Bénin travaillent pour  le développement intégral de tout homme et de tout l'homme. Dans ce cadre, la Caritas Diocésaine et Développement de Natitingou (CDD) a initié depuis 2006, avec  Catholic Relief Services (CRS) le projet SILC-AMAZONE.

Cette initiative s'est donnée pour ambition de contribuer de façon pertinente à l'autonomisation des femmes en les organisant en groupements appelés Communautés d'Epargne et de Crédits Internes (CECI). Depuis lors, la femme rurale a accru son épargne avec un accès plus facile au crédit. Après 10 ans, au regard des bienfaits du projet, les membres de ces CECI des paroisses de Cobly et de Boukoumbè se sont mobilisées pour rendre grâce à Dieu.

Sur les deux   Paroisses, les manifestations ont commencé par une caravane à travers la ville suivi de la célébration eucharistique présidée  à  Cobly par l'Abbe Camille SEKE, Directeur Adjoint de la CDD et à Boukoumbe par l'Abbe Abraham GHANABA, Directeur. Dans leur prédication, les deux pasteurs ont remercié le Seigneur pour ce que cette initiative apporte aux familles. Ils ont réitéré le désir de l’Église de voir chacun épanoui et heureux. Ils ont exhorté les membres à travailler pour le bien de chacun afin que ces groupements continuent d'exister et d'aider chacun à survenir à ses besoins.

A la fin de la célébration, les curés des deux paroisses ont salué les membres de la Catitas diocésaine et ceux des groupements pour ce projet qui les honore. Ils ont réitéré leur disponibilité à accompagner les initiatives de développement. 

Après les célébrations eucharistiques, les membres des CECI ont eu droit a une communication sur le thème : « La santé au cœur des priorités de l'Eglise Catholique ». Dans leur Développement, les conférenciers sont revenus sur le projet de MICRO ASSURANCE SANTÉ, à travers lequel, la CDD donne la possibilité aux membres des groupements, d’avoir un accès facile et à moindre coût, en cas de maladie. Ils ont fait remarquer le nombre infrastructures sanitaires de notre Église dans le département de l'Atacora puis ils ont exhorté chacun à adhérer à la Micro Assurance Santé, afin d'éviter les dépenses colossales en cas de maladie. 

 Pour la paroisse de Boukoumbe, un scketch à été présente qui montre les bienfaits de la Micro Assurance Santé. 

Enfin, les participants en pris ensemble une agape fraternelle qui a marqué la fin des manifestations.

Vivement que ces CECI deviennent des creusets de solidarité et de partage pour la joie des femmes et des familles rurales.

JEAN PIERRE BAGRI

SUPERVISEUR MAS-NATITINGOU

 Dans le diocèse de Kandi (au Nord du Bénin) entre octobre 2015 et juin 2016, Caritas a contruit 232 latrines familiales. Les bénéficiaires s'y sont fortement impliqués. En effet, les membres des ménages bénéficiaires ont eux mêmes creusé les fosses  et érigé les superstructures. L'appui de Caritas a consisté à réaliser les travaux de dallage.

 Par ailleurs, trois latrines VIP à quatre cabines ont été entièrement  construites par la Caritas locale dans les marchés et les gares routières.

lactrine lave main
Tous ces ouvrages sont le fruit de la bonne collaboration entre Caritas Bénin et CRS Bénin

.

Vingt neuf (29) femmes et cinq (5) hommes, promoteurs de micro entreprises et Activités Génératrices de Revenus (Agr) ont été formés pendant cinq (5) jours ouvrables sur la gestion des entreprises. C’était du 1er au 7 décembre 2016.

Cette formation a été organisée dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’appui à l’entreprenariat au féminin en milieu rural à Agame mis en œuvre par la Caritas Diocésaine de Lokossa en partenariat avec le Catholic Relief Service. Elle vise le renforcement des capacités managériales des acteurs bénéficiaires du projet et menant des Agr de Production de savons (2 types : savon traditionnel en boule kogui et savon amélioré ; parfumé) et de natte. Elle s’est déroulée suivant la méthodologie « Gérer Mieux Votre Entreprise du Bureau International du Travail » (GERME/BIT), après un diagnostic en vue de contribuer à une meilleure gestion des affaires.

 

« S’engager sous l’inspiration de l’Esprit saint comme témoin de l’amour de Dieu dans l’annonce de la bonne nouvelle du salut au sein de la cité1 ». Ainsi se décline le leitmotiv du Mouvement Catholique des Cadres et Personnalités Politiques (MCCPP) qui a célébré le jeudi 5 mai 2016, jour de la solennité de l’Ascension de notre Seigneur Jésus au ciel, sa fête.

Ils sont trois cent quatre (304) participants venus de vingt-cinq (25) paroisses du diocèse de Lokossa, rassemblés dans l’enceinte du collège catholique de Comé. Le Jeudi 21 juillet, ces jeunes tous membres du groupe des Samuel (les servants de messe) ont échangé à bâton rompu avec la chargée de programme de la Caritas Diocésaine de Lokossa, sur la Caritas, les objectifs, ses moyens d’intervention, et les actions réalisées.

L’essentiel de cet évènement est condensé dans les points qui suivent : les travaux de groupe , les sketchs , la plénière, et des Questions- débats.

Dans une dynamique participative, les jeunes Samuel ont participé à des travaux de groupe à l’issue desquels une synthèse a été réalisée et restituée en plénière. Ces travaux ont permis de jauger le niveau de connaissance des participants sur la Caritas et de recueillir leurs aspirations. Un autre groupe de Samuel a été mis à contribution pour la mise en scène de deux scénarii sur les interventions de la Caritas.

‘’Dieu est amour’’, ‘’ où sont amour et charité Dieu est présent’’, ‘’partage ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux’’, ‘’ donnez-leur à manger  vous-même’’. Ce fut  avec ces  versets qu’ont été introduites les séances  d’information et de mobilisation des chrétiens du Diocèse de Lokossa pour la campagne de Carême de 2016. Environ 900 participants ont été regroupés de façon itinérante lors des rencontres d’échange entre la Caritas diocésaine de Lokossa et les fidèles catholiques.


Les communications sur le sens des efforts de carême ont été calquées sur les grands rassemblements du diocèse de la période. Ainsi le 1er Mars 2016, les jeunes du Diocèse  rassemblés sur la Paroisse   Saint Louis d’Athiémé ont été sensibilisés sur le thème. Les 09, 08 et 10 Mars ce fut le tour des grands catéchumènes (3eme année de communion, 1er et 2eme années de confirmation et années d’engagement) de la Cathédrale Saint Pierre Claver de Lokossa. Suivi des accompagnateurs et   accompagnatrices du Mouvement d’Apostolat des Enfants du Bénin (MADEB) de la région du Couffo le 12 mars. Puis  le tour des laïques de la Paroisse Saint Louis d’Athièmè,  et des stations Saint Jean Marie Vianey d’Adohoun et Saint André de Dedepkoè le 13 Mars. Et enfin celui des élèves du collège d’enseignement Catholique d’Agoué le 18 Mars.


Après la note introductive, le niveau de connaissance des participants au sujet de la  Caritas a été jaugé. Pour la majorité la Caritas est un groupe qui vient en aide aux personnes indigentes. L’opportunité a été saisie pour expliquer aux fidèles présents, que l’on devient membre de la Caritas par son baptême. Le devoir de charité incombe donc à tout chrétien baptisé. Le temps du carême est le moment de prédilection de l’Eglise pour vivre le partage et la charité.


Au terme des échanges nourris par des questions et réponses, chaque participant est sorti éclairé, motivé et outillé pour participer à la campagne de  carême et pour être des porte-paroles de la Caritas auprès des frères et sœurs qui n’ont pas pu participé aux séances.  


Les échanges ont été enrichis par la contribution des pères  Samuel HOUNKPE, Directeur Diocésain de la Caritas, Emile MANOUTCHE responsable de la catéchèse à la cathédrale de Lokossa,  Honoré KPODOZIHOUE, Aumônier Diocésain des MADEB, Alban GAMAVO Aumônier Décanal de la Caritas et de la Sœur Aline NOUHOUNKPO,  conseillère Diocésaine des MADEB.

 sens03  sens04
 Jeunesse Diocésaine suivant la communication
sur la Caritas à Athiémè
 Un groupe des participants de la paroisse Saint Louis
d'Athiémè
 sens06  sens05
 Un accompagnateur MADEB posant une question sur la 
Caritas à Djakotomey
 Soeur Conseillère MADEB posant une question sur la 
Caritas à Djakotomey
sens07 sens08
Cathécumènes adultes de la Cathédrale Lokossa Cathécumènes qui suivent la communication sur la  Caritas
(Cathédrale Lokossa)