Partagez avec :

Suivez-nous sur:

Compteur

Biographie de Mgr Lucien MONSI AGBOKA

Lucien MONSI AGBOKA est né à Cotonou le 3 juin 1926. Originaire d’Agoué de père et de mère, il reçoit le baptême le 02 juillet 1926 des mains du regretté Père Gaymard en l’église Notre Dame de Miséricorde alors unique paroisse de Cotonou. Il a été élève successivement à l’école publique de Guéné (à 75 km au nord de Kandi) et à l’école catholique St Michel de Cotonou.

Le 1er avril 1940, le Père POIDEVINEAU l’envoie au Pré-séminaire des Petits Clercs de Ste Thérèse de Ouidah. En 1943, Lucien entre au petit séminaire Ste jeanne d’Arc et, en 1949, au Grand Séminaire St Gall de Ouidah. Après ses études de philosophie, ce fut pour lui, l’année de probation passée au petit séminaire comme préfet de discipline et professeur. En septembre 1954, Mgr PARISOT, après lui avoir conféré la tonsure, l’envoie à Rome avec les abbés Alfred QUENUM et Nestor ASSOGBA. Au terme de ses études théologiques à l’Université de la Propagande, il est ordonné prêtre par Mgr SIGISMONDI, le 21 décembre 1957. Un peu plus tard, il obtient la licence en Théologie.

En septembre 1958, le jeune prêtre AGBOKA revient au Dahomey et est affecté comme vicaire à Bohicon et en même temps est nommé aumônier du cours normal catholique des jeunes filles « Houffon » d’Abomey.

En juillet 1960, il est nommé professeur et préfet de discipline au Collège Père AUPIAIS de Cotonou. En même temps, il assurait l’aumônerie nationale de la JOC et du mouvement CVAV. En juillet 1962, il assiste au congrès international CVAV tenu à Paris et après 3 mois de stage en France, notamment auprès des services du Secours catholique, il prend la direction des Œuvres Catholiques de l’Archidiocèse de Cotonou.

Il est sacré évêque d’Abomey le 21 juillet 1963, devenant ainsi le deuxième évêque Dahoméen après Mgr GANTIN, sacré le 3 février 1957. Sa devise est « Induamur arma lucis », « Revêtons-nous des armes de la lumière ».

Homme très averti des problèmes et des aspirations de son peuple, Mgr Lucien a été un pasteur zélé et actif pour son diocèse d’Abomey. Il s’était donné à la promotion féminine et masculine (il a construit 42 centres féminins et masculins à travers son diocèse). Il a également travaillé à promouvoir le Hanyé, une musique profane de la cité royale d’Abomey qui est devenue la principale musique liturgique du diocèse.

En 2003, il s’était retiré à Djègbadji, sa résidence de retraite baptisée « Le Refuge du Combattant ».

Mgr Lucien a été le tout premier Secrétaire de Caritas BENIN, Vice président de Caritas Internationalis, Président de Caritas Afrique, Président de la Conférence Episcopale du Bénin ; Membre du Conseil Economique et Social (CES), Président du Conseil d’Administration de l’AGETUR après la mort de Mgr Isidore de SOUZA. Il a reçu plusieurs prix de l’Etat béninois pour son combat dans le domaine du Social.

Il décède le dimanche 27 avril 2008 à 15 heures à Cotonou et est inhumé le 03 mai 2008 dans la Cathédrale Saints Pierre et Paul d’Abomey.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS

Echos des diocèses

De Firihoun dans la commune de Matéri jusqu’à Kérou dans les 2KP en passant par Tabuota dans la commune de Boukombé, l’eau jaillit désormais comme d’un rocher, claire et limpide pour le bien des popul...

Le faible accès aux services financiers des femmes des communautés rurales, la faible organisation des femmes à saisir les opportunités d’affaire et le manque de confiance en soi sont, entre autres, l...

L’hygiène et l’assainissement de base est l’un des secteurs privilégiés de la Caritas & Développement du diocèse de KANDI, pour un meilleur développement du département de l’Alibori. Ainsi depuis ...

Enfin de l'eau potable pour la population de Kingbé

Jusqu’au 13 juillet 2017, les 700 habitants du village Kingbé, dans l’arrondissement de Oungbègamè, commune de Djidja devraient parcourir plusieurs kilomètres pour avoir de l’eau potable et consommabl...

Le samedi 08 Juillet 2017, le centre de santé Bodarima ‘’Divine Miséricorde’’ de l’arrondissement de Kotopounga dans la commune de Natitingou, a écrit une autre belle page de son histoire : une a...

Dans le but de renforcer les faibles moyens de production et de gestion des femmes du groupement « Sourou Tawi » (en langue lokpa : la patience paie) du village de Téoukpara dans l’arr...

More Articles

More From: Caritas Développement Natitingou Caritas Porto-Novo Caritas Kandi Caritas Abomey Caritas BDBD / Parakou Caritas Lokossa SCDIH : Caritas Cotonou